ERCC - J2

J-M Doussain : "Toujours difficile face à Oyonnax"

ERCC - J2

Est-ce mentalement différent de rencontrer Oyonnax et les Saracens ?

Le match qu’on a fait aux Saracens, il est évident qu’il était difficile de s’y préparer. Nous sommes honnêtement passés à côté. Face à Oyonnax, nous n'avons qu’une chose en tête, faire un bon match et l’emporter. En Coupe d’Europe nous ne pouvons plus nous permettre de laisser des points en route. Nous avons limité la casse en privant les Saracens des cinq points du point de bonus offensif.

L’adversaire reste « inconnu ». Ils n’ont pas joué la semaine dernière, il y a eu le changement de manager... On ne sait pas vraiment quelle va être leur réaction.

Oui, ils sont dans un contexte particulier, mais je n’ai pas spécialement envie de parler d’eux. Nous sommes surtout concentrés sur nous. Peu importe comment ils viendront, nous nous essayons de nous préparer au mieux. La semaine dernière, nous étions également bien préparés mais nous sommes passés à côté. Il y a des jours plus difficiles, comme ça était le cas aux Saracens. J’espère qu’on saura retrouver les bons éléments pour faire un bon match.

Comment perçois-tu l'équipe d'Oyonnax ?

Nous jouons toujours des matchs compliqués contre cette équipe. Ils ont toujours été difficiles. La preuve reste le dernier match de barrage la saison dernière, qui a été plein de suspens. Nous savons un peu à quoi nous attendre cette saison. Même s’ils ont changé de manager, nous savons que c’est une équipe très forte sur les bases et il est certain qu’il faudra être plus performants que le week-end dernier sur nos conquêtes et sur le fait de tenir le ballon. Je pense que depuis le début de la saison, les équipes vont commencer à s’adapter. Mais quand nous avons le ballon, nous sommes assez difficiles à jouer et il faut donc que nous restions performants à ce niveau-là.

Tu es en fin de contrat cette saison. Les négociations ont-elles déjà commencées ?

J’ai rencontré les dirigeants. Il n’y a rien de plus pour le moment. Je suis rentré dans une phase où il me faut du temps de jeu. Jeune, j’ai vite été mis dans le grand bain. J’ai pris de l’expérience pendant quatre ou cinq ans à la mêlée et maintenant j’ai besoin d’avoir du temps de jeu. C’est plus difficile aujourd’hui pour moi du fait des bonnes performances de Sébastien Bezy et des autres joueurs, ce qui me donne inévitablement moins de temps de jeu. Mais je suis au Stade depuis quelques années maintenant, je sais que les saisons sont longues et qu’on ne peut pas tourner qu’avec un demi de mêlée. J’ai envie de montrer ce que je vaux et c’est surtout l’aspect sportif qui m’importe à l’heure actuelle. J’ai envie d’être sur le terrain et de montrer mes capacités, le reste viendra en suivant. Nous verrons ce qui suit contractuellement parlant.

Ton souhait premier est-il de rester ici, à Toulouse ?

L’important c’est le terrain. A l’heure actuelle je ne suis focalisé uniquement sur ça. J’ai mes idées mais je m’entraîne dur, et mon seul souhait pour le moment est de jouer au rugby.