Stade-Oyonnax - Champions Cup

La victoire sans bonus

A Ernest Wallon - Stade Toulousain bat Oyonnax 24 à 18  (mi-temps 3 à 6)
Temps pluvieux et frais ; belle pelouse ; 10 469 spectateurs environ. Arbitrage de M. Carley Matthew (ANG)

Pour le Stade Toulousain : essais de Matanavou, Médard, Fickou (43, 59, 75), transformés par McAlister ; pénalité de McAlister (14)
Pour Oyonnax :  essais de Martin, Cibray (70, 76) ; transformation de Robinson (77)  ; pénalités de Lespinas (8, 10)

Stade Toulousain
: Poitrenaud (Bonneval, 60) ; Médard, Fritz, Fickou, Matanavou ; (o) McAlister, (m) Doussain (Mele, 76) ; Harinordoquy, Picamoles, Gray (Lamboley, 54); Millo (Maka, 65), Maestri (cap) ; Aldegheri (Johnston, 36, puis Aldegheri, 71), Tolofua (Marchand, 60), Kakovin (Tialata, 73).

Oyonnax : Denos ( ; Tian, Sheridan (Bousses, 63), Martin, Vainikolo ; (o) Lespinas (Robinson, 61), (m) Cibray ; Missoup, Maafu (Ursache, 63), Gunther ; Power, Fabbri (Wannenburg, 61); Guillamon (Clerc, 51), Jenneker (Maurouard, 51), Delboulbès (Tonga'Uiha, 51).

Le coup d'envoi de la rencontre était donné par un joueur d'Oyonnax après une magnifique minute de silence respectée par l'ensemble des personnes présentes dans l'enceinte d'Ernest Wallon et une belle marseillaise entamée par les supporters.

Le début de partie était sur un faux rythme. Les deux équipes s'observaient, bien que les joueurs d'Oyonnax avaient la main mise sur le ballon. Une première mêlée mieux négociée par les Oyomens et une faute au sol de Poitrenaud, permettaient à l'ouvreur Lespinas de passer les six premiers points de la rencontre sur deux pénalités réussies.

La première attaque offensive des Stadistes ne mit pas longtemps à se mettre en route, mais cette dernière fut interrompue à seulement cinq mètres de la ligne d'en but après une mauvaise transmission de balle entre Poitrenaud et Matanavou. L'arbitre revenait à la pénalité, face aux poteaux, ce qui offrait à McAlister la possibilité de passer les trois premiers points des Rouge et Noir.

Après deux fausses alertes dans le camp des Toulousains, les locaux reprenaient le dessus sur une nouvelle belle percée offensive. Les joueurs mettaient du coeur à l'ouvrage en faisant vivre le ballon du mieux possible. Harinordoquy, sur une belle action individuelle, n'arrivait cependant pas à trouver Médard sur son aile pour terminer l'action.

Mais les Rouge et Noir jouaient dans le bon sens. Les Oyomens pouvaient craindre les locaux dès que le ballon était en leur possession. Une nouvelle belle action, amenait Gray dans l'en-but adverse. Cet essai était malheureusement refusé après arbitrage vidéo pour un en-avant de Picamoles, pourtant très en vue depuis le début de la partie.

La fin de la première mi-temps était sifflée après un nouvel en-avant Toulousain, les joueurs repartant aux vestiaires sur un score de 3 à 6 en faveur des invités du jour.

Le début de seconde mi-temps montrait la détermination des Rouge et Noir à repasser devant au score. Ils choisissaient de trouver la touche dans les cinq mètres d'Oyonnax plutôt que de prendre la pénalité, pourtant non loin des poteaux adverses. Mais la décision s'avérait bonne quelques minutes plus tard, puisque Matanavou allait aplatir seul, le premier essai de la rencontre. McAlister ne se privait pas de passer les deux points de la transformation, permettant aux Toulousains de mener au score 10 à 6.

L'un des points noirs de la partie était sans hésiter le secteur de la touche. De nombreux ballons perdus ou volés par les joueurs d'Oyonnax portaient préjudice au lancement de jeu souhaité par les Rouge et Noir. Mais ces derniers avaient évidemment de la ressource dans leur jeu. C'est à l'heure de jeu que les Toulousains accéléraient le rythme de la rencontre. Médard, après une passe de Poitrenaud allait aplatir le second essai de la partie à l'extrémité de l'en-but des Oyomens. Après la nouvelle transformation réussie de McAlister, le Stade menait dorénavant, 17 à 6.

Les joueurs d'Oyonnax n'étaient pas en possession du ballon sur cette seconde période. Mais une passe au pied de Médard, atterissant directement dans les bras d'un Oyomen, permettait à ces derniers de lancer une attaque offensive et d'aller aplatir leur premier essai, des mains du centre Martin. Un essai non transformé par l'ouvreur d'Oyonnax laissait le score à 17-11.

Mais les Toulousains ne tardaient pas à inverser la tendance en amenant Fickou dans l'en-but adverse. Le Stade menait au score, après la transformation au pied de McAlister, auteur d'un sans faute sur l'ensemble de la rencontre. Les Rouge et Noir souhaitaient maintenant aller chercher le quatrième essai, synonyme de bonus offensif.

Mais un contre d'un Oyomen venait quelque peu chambouler ce plan de jeu. C'est le demi de mêlée Cibray qui allait aplatir un essai dans le camp toulousain, essai transformé par Robinson. Le Stade ne menait plus que de six points et les minutes restantes à jouer n'étaient plus très nombreuses.

La rencontre se terminait sur le score de 24 à 18, les Toulousains laissant échapper le bonus offensif, pourtant à portée de main lors de cette seconde période, plus aboutie pour les Rouge et Noir.