MHR-ST

Interview de Maxime Medard

À la veille du match retour face à Montpellier en Champions Cup, Maxime Medard, revient sur l'importance que revêt cette rencontre et nous parle de la bonne dynamique du groupe.

Ce match est le moyen de faire un bon pas vers les quarts de finale de Champions Cup ? 

En effet, comme nous avons gagné nos trois premiers matches, nous sommes en bonne posture. Maintenant, nous sommes conscients du niveau que représente l'équipe de Montpellier, surtout chez elle. Nous l'avons appris à nos dépends la saison précédente et celle-ci également. Nous savons pertinemment que le MHR compte sur cette compétition et ne va certainement pas faire l'impasse sur ce match. 

Vous avez semblé maîtriser votre sujet dimanche dernier lors du match aller, cela vous a-t-il apporté de la sérénité ?

Le fait d'avoir réussi à capitaliser sur leurs points forts, que sont leur paquet d'avants et leur puissance, nous a donné beaucoup de satisfaction. Même si nous n'avons pas pu produire le jeu que nous apprécions, nous avons répondu présents pour remporter cette troisième victoire en trois matches de Champions Cup.

Pensez-vous avoir progressé grâce à ce match là ?

Je trouve que l'équipe a pris de la maturité, de l'intelligence et s'adapte plus rapidement face à son adversaire du week-end. Nous essayons de donner le maximum à chacune de nos sorties, malgré les absences de certains joueurs et un turnover conséquent. Depuis que nous (les internationaux) sommes rentrés, nous avons joué des matches âpres, accrochés et nous avons pu voir que nos remplaçants avaient fait la différence. 

Cela traduit-il le reflet d'une équipe en confiance ?

Tout le monde a envie de jouer et l'ensemble des joueurs travaille dur à l'entraînement pour prétendre à une place le week-end. Nous allons tous dans le même sens avec une concurrence saine qui nous tire vers le haut.

Te sens-tu bien physiquement ?

Je vais bien. La Coupe du Monde a été éprouvante sur le plan physique et mental mais je suis content d'être de retour parmis l'effectif du Stade. Je sens que je n'ai plus vingt ans mais tant que je prends du plaisir sur le terrain, je considère que je vais bien.

Tu as côtoyé des joueurs qui sont devenus entraîneurs, dont deux au sein de ton staff, quel regard portes-tu sur eux ?

Cela reflète bien la volonté du Stade Toulousain d'être dans une sorte de continuité et d'instaurer un staff composé d'hommes qui connaîssent les valeurs du club. J'ai commencé de jouer avec Virgile (Lacombe) et j'ai joué avec Clément (Poitrenaud), alors je suis heureux de les voir prendre du plaisir à entraîner. Ils apportent tous les deux leur touche et apprennent au quotidien entre l'équipe Espoir et le groupe Professionnel. J'entretien un rapport d'entraîneur / joueur avec eux mais toujours dans le professionnalisme.