Stade - Gloucester

Réaction de Clément Castets

Suite à la victoire bonifiée face à Gloucester, Clément Castets revient sur la rencontre et sur la réception du quart de finale à domicile pour le Rouge et Noir.

Clément, vous avez gagné le droit de recevoir le quart de finale de Champions Cup à domicile mais avez-vous des regrets de ne pas avoir obtenu de possible demi-finale, également à domicile ?

CC : L'objectif prioritaire était de recvoir ce quart de finale à la maison. Si on nous avait dit en début de saison qu'on gagnerait 6 matches sur 6 en Champions Cup, nous aurions immédiatement signé. Malgré tout, nous avons un léger sentiment d'inachevé que nous devrons gommer pour passer à la suite de nos aventures en Top 14 et Champions Cup.

Quels sentiments prédominent au vu de vos efforts, en mêlée notamment ?

CC : Il y a quelques années, le club était douzième du championnat. L'an dernier nous avons échoué en demies de Champions Cup et avons gagné le Brennus. Cette année, nous sommes en lice dans les deux compétitions et avons le luxe de recevoir le quart de finale de Coupe d'Europe, une compétition chère au Stade Toulousain. Nous commençons à bâtir un réelle histoire avec notre génération, nous grandissons et je suis persuadé que ce match nous apprendra beaucoup pour la suite.

Ce quart de finale sera le premier à Toulouse depuis 10 ans, quelles sensations cela vous procure ?

CC : Nous avons hâte d'être à cette échéance. Toulouse est le club le plus titré dans cette compétition et a une relation particulière avec celle-ci. Nous allons vraiment pouvoir se tester sur ce match à très haute intensité et voir ce que nous valons face aux meilleures équipes d'Europe.

Vos prédécesseurs ont remporté cette compétition il y a tout juste dix ans. Croyez-vous que c'est un signe ?

CC : Je ne crois pas aux signes et je crois sincèrement que nous devons aborder les matches les uns après les autres, qui plus est lors des rencontres à éliminations directes. 

Votre adversaire sera l'Ulster, que vous évoque-t-il ?

CC : Quel que soit l'adversaire, la place à la récupération avant de l'affronter sera primordiale. Il faut également que nous gérions le Top 14 le week-end prochain et nous devrons être capables de switcher entre les compétitions.

Vous allez jouer 4 matches sans vos internationaux, il va falloir s'accrocher ?

CC : L'an passé, nous avions réussi à nous imposer dans une période où les matches sans nos internationaux s'enchaînaient. Nous arrivons également dans un moment où nos organismes fatiguent et où nous devons gérer les absences et faire perdurer notre dynamique actuelle.