Récompense

Henri Foures honoré

Récompense

Mardi 28 octobre à la Brasserie du Stade Toulousain, Henri Foures, président des Amis du Stade Toulousain, recevait la médaille d'or de la Fédération Française de Rugby du président Pierre Camou, en présence de ses proches, qui l'ont accompagné tout au long de sa carrière.


Le Stade Toulousain ne serait pas le Stade Toulousain sans Henri Foures. C'est ainsi que le président René Bouscatel a ouvert hier la cérémonie en saluant le rôle primordial que M. Foures a tenu et tient encore dans la construction du club rouge et noir.

Engagé volontaire à l'âge de 17 ans pour rejoindre l'appel du général de Gaulle, joueur de Portet puis du Stade Toulousain et même international de 1949 à 1951, Henri Foures a dédié une grande partie de sa vie à l'Ovalie.

C'est en 1960 qu'il entame sa carrière de dirigeant de club à Portet où il réactive l'Union Sportive Portésienne et œuvre pour la doter d'un terrain. La même année, il devient dirigeant au Stade Toulousain, qu'il ne quittera plus.

Détenteur de maintes décorations et non des moindres : Officier de la légion d'Honneur, médaillé de la Croix de Guerre, M. Foures a tout de même été très ému de se voir remettre la médaille d'or de la FFR, ultime distinction dans le monde du rugby. « C'est le couronnement d'une carrière bien remplie », a-t-il conclu après la cérémonie. « Jusque là j'ai eu toutes les décorations possibles, mais pour celle-ci, côté rugbystique, où j'ai passé une grande partie de ma vie, dans un club qui m'a élevé, formé et où j'ai pratiqué presque à tous les postes, on peut parler de summum ».

Déjà décoré d'une médaille d'or de la Fédération en qualité de joueur pour avoir battu l'Angleterre à Twickenham en 1951, il a déclaré que cette deuxième du genre trônerait au Stade Toulousain.